Articles

Articles peer-reviewed

2021
« En quête de bien-être. S’éloigner de ses repères pour se (re)trouver », Téoros [Online], 40-1 | 2021.

Résumé : Basé sur une enquête ethnologique multi-sites (France, Suisse romande et Inde) et mêlant entretiens semi-directifs et observation participante, cet article plonge dans l’univers des pratiquants de yoga qui partent en ashram ou en « vacances yoga ». Il interroge le tourisme du yoga en partant des motivations, pour exposer certaines caractéristiques en termes de lieu, de temporalité et d’activités, et s’intéresse aux conséquences de ces séjours sur les parcours de vie. Passant de l’échelle macrosociale à l’échelle microsociale, les retraites en ashram marquent souvent un passage pour s’engager pleinement dans la pratique, voire changer de vie.
Mots-clés : Tourisme, bien-être, vacances yoga, ashram, spiritualité, quête de soi
2020
« La « spiritualité » dans le yoga moderne : nouveau mouvement religieux, méthode de
perfectionnement de soi ou désintérêt ?
», dans revue ¿ Interrogations ?, N°31. L’hygiène dans tous ses états
Résumé :
Dans les pratiques du yoga, la dimension « spirituelle » s’est profondément transformée, d’une méthode de libération du cycle des réincarnations chez les hindous en des techniques de perfectionnement de soi chez les pratiquants contemporains. À la lumière de terrains ethnographiques menés en France, en Suisse romande et en Inde, l’analyse interroge le rattachement du yoga aux nouveaux mouvements religieux. Il montre des profils diversifiés parmi les personnes rencontrées, allant du ’curieux’, observateur tolérant, au ’croyant’ qui renforce sa foi et sa religion, en passant par l’’explorateur’ en quête de réponses existentielles. Certaines pratiques du yoga (les chants de mantra, la méditation, les rituels) apparaissent extérieurement comme des mises en pratique de cette « spiritualité ». En réalité, le sens donné à ces actions varie selon les pratiquants.
Mots-clefs : Yoga, Spiritualité, Religion, NMR Nouveau Mouvement Religieux, Nouvel âge
« Réflexions sur le glissement entre l’adhésion, l’engagement et la dérive au sein d’une retraite en ashram« , L’ethnographie, n°3-4, 2020

Résumé :
À travers une analyse ethnographique utilisant l’observation participante et les entretiens et prenant appui sur l’exemple des ashrams du courant Sivananda, cet article interroge les conditions de transmissions entre un gourou et ses élèves, en mettant la lumière sur certaines pratiques de yoga. Face à des pratiques corporelles identiques, les itinéraires d’engagements possibles et les modalités de la croyance diffèrent. Comment les pratiquants les interprètent-ils ? Comme un moment d’introspection, une initiation ou le passage d’une frontière entre un désir de prendre du temps pour soi et une « soumission librement consentie » ? Ces données permettront d’entamer une discussion autour de la question de la frontière et du basculement entre pratiques marginales et dérives sectaires.
Mots-clés : YogaParcours de vieAscèsePassionnéEthnographie
 » En quête de soi : se transformer par le yoga – les passionnés« , L’ethnographie, n°3-4, 2020

Résumé
À travers les itinéraires de vie pris par certains pratiquants de yoga, les passionnés, cet article souhaite comprendre ces parcours comme de nouvelles formes de souci de soi au sens foucaldien. Alors que le yoga connaît un engouement grandissant et que la pratique reste souvent associée au bien-être, elle revêt, aussi des formes d’ascétisme mondain proches, sous certains aspects, du sport de haut niveau, de l’ascèse religieuse. Après avoir contextualiser les itinéraires des passionnés, cet article s’attardera sur certaines dimensions spécifiques d’actions sur soi. Par ce souci de soi, les passionnés construisent de nouvelles formes de perfectionnement de soi qui peuvent avoir une finalité spirituelle ou plutôt portée sur la santé.
Mots clefs : parcours de vie, yoga, ascèse, passionné, ethnographie
« Les vacances-yoga : engagement et expériences du corps à Rishikesh », in Lebreton Florian, Gibout Christophe (dir.), Vivre Slow. Enjeux et perspectives pour une transition corporelle, récréative et touristique, Presses Universitaires de Nancy, sept. 2020.

Résumé : En prenant appui sur un terrain ethnographique à Rishikesh (Inde du Nord), cet article présente plusieurs stratégies autour du tourisme du yoga : une politique tenue par le gouvernement indien, une spirituelle et économique représentée par l’ashram Parmarth Niketan. A ces stratégies s’opposent l’expérience de ces « vacances-yoga » évoqués par les pratiquants. Situé au pied de l’Himalaya et du Gange, Rishikesh par son accés assez difficile symbolise la volonté du pélerin de se couper de l’ordinaire pour créer un espace hors du temps où les pratiquants reprennent posssession de leur corps, d’un rythme « en harmonie avec la nature ». L’exemple de Rishikesh est significatif d’une volonté de désélération, de se mettre en rupture avec le « slow body » et le slow tourisme, car l’expérience en ashram, en tant qu’espace privilégié de lien avec la nature, peut faire émerger de nouvelles corporéités.
Mots clefs : tourisme, slow sport, yoga, tourisme spirituel, vacances-yoga, ashram
Dialogue between discourses and physiological effects on well-being in yoga practices”, Health, Wellness and Society.

Abstract: Many medical studies demonstrate the benefits of yoga; however social sciences focus more rarely on the links between yoga and well-being. Starting from an anthropological approach, this article presents a study that connects the subjective discourses of yoga practitioners with the objective data on well-being (through heart and respiratory rates). Save for the presentation of this experimentation, the discussion will allow us to discover the contribution of each approach, but also to emphasize the variations according the level and the type of received with practitioners having learnt the same breathing technique.
Keywords: yoga, well-being, feeling, discourses, physiological effects, interdisciplinary
« Entre encouragements et déconvenues : récit d’un chemin vers l’interdisciplinarité », Encyclo, Revue de l’école doctorale ED 624, numéro 11 « L’interdisciplinarité : défis méthodologiques et enjeux de positionnement pour le jeune chercheur ».

Résumé : Comprendre la complexité de certaines réalités, ici le corps, invite le chercheur à repousser les frontières de sa propre discipline, de son cadre théorique et méthodologique. Certains terrains peuvent amener à l’interdisciplinarité. Cependant, une fois la décision prise, comment concrètement mettre en place ce dialogue interdisciplinaire ? Autour d’un exemple précis tiré d’une technique de respiration de yoga, cet article présente les étapes successives en partant des questions théoriques et méthodologiques, en passant par la mise en place pratique d’une telle démarche, afin de mettre au jour les apports d’une communication entre anthropologie, psychologie et physiologie. 
Mots clefs : yoga, corps, anthropologie, neurophénoménologie, interdisciplinarité
« Végétarisme et yoga. Des représentations à la construction de soi », SociologieS.

Résumé : À la lumière d’une enquête anthropologique, cet article interroge les représentations qui gravitent autour de l’association entre yoga et végétarisme, laquelle renvoie à des motivations classiques en faveur du végétarisme dans le contexte contemporain. En revanche, ces descriptions laissent apparaître aussi des spécificités propres au yoga (attention corporelle, adoption de valeurs) et concernent toutes les personnes qui s’engagent dans un processus de transformation de soi et/ou dans une « quête spirituelle ». L’alimentation induit des actions sur soi qui participent à un idéal de contrôle de soi et à un processus de subjectivation qui permet au pratiquant de se reconnaître et d’être reconnu comme passionné du yoga.
Mots-clés : végétarismeyogacorpssouci de soispiritualité
2019
« Circulations et réappropriations des enseignements du yoga moderne », Revista Entrerios.
https://doi.org/10.26694/rer.v2i2.9552

Résumé : Historiquement, les réinterprétations du yoga en Inde s’inscrivent dans les réformes des mouvements nationalistes de la fin du xixe siècle et gagnent en importance dans les années 1920 autour de pratiques donnant la prévalence aux postures. Si ces réappropriations ont fait l’objet de nombreux travaux d’historiens et de sanskritistes autour des textes et de gourous emblématiques, l’hybridation des pratiques contemporaines en Europe, notamment en France et en Suisse, reste peu interrogée. Aussi, grâce à des terrains ethnographiques menés entre 2013 et 2017, trois portraits de professeurs en France et en Suisse seront esquissés afin de souligner des réinterprétations possibles, depuis Krishnamacharya, un gourou important dans l’histoire du yoga, jusqu’à aujourd’hui. Car au-delà des diversités d’approche du yoga, ces enseignants se rejoignent dans leur volonté d’inscrire leur enseignement dans un héritage, tout en l’adaptant aux besoins de leurs élèves (recherche de santé, de dépassement de soi, de quête spirituelle). Par ailleurs, ces professeurs mobilisent cinq modalités pour légitimer leur statut de professeur, s’opposant ainsi à des tendances qui ternissent à leurs yeux le yoga : la commercialisation grandissante, la recherche de performance et d’esthétisme, le sport et la quête de bien-être.
Mots clefs : yoga moderne, discours de légitimation, traduction, transformations
« Qui écouter ? Cas d’un refoulé de terrain sur le yoga en Inde », Sociologia online, pp.81-96
DOI: https://doi.org/10.30553/sociologiaonline.2019.20.4

Résumé : Malgré un travail permanent sur ses a priori culturels, sur la construction et la déconstruction des concepts et des outils méthodologiques, tout chercheur reste sous l’emprise de certaines attentes académiques et personnelles avant de partir sur le terrain. Ce récit illustre ce cheminement connu par tout scientifique qui cherche sans trouver et trouve des conclusions qu’il ne cherche pas. À travers l’exploration de terrains indiens autour de la question du yoga, je me suis interrogée sur la manière dont le milieu académique et les enquêtés européens avaient influencé mon regard et comment ces attentes s’avéraient plus admises que les réalités de terrain observées. Ainsi, les pratiquants indiens du yoga devaient se positionner dans une pratique “spirituelle” et les pratiquants français et suisse plutôt dans un bricolage psycho-corporel. Or, cette mésentente colportait une définition erronée de la spiritualité, du « yogi » et une image galvaudée de pratiques contemporaines mondialisées.
Mots clefs: Inde, spiritualité, imaginaire, méthode ethnographique.
2017
« Yoga, entre image médiatique, connaissances théoriques et réalités vécues », InterPares, numéro 7 Savoirs scientifiques, savoirs « citoyens », quelles interactions ? pp. 35-44

Résumé : Ces dernières années, le yoga a connu un très fort engouement apportant par là même une image parfois galvaudée. Chacun à leur manière, différents intervenants autour du yoga (scientifiques, professeurs et pratiquants, fédérations et journaux) mobilisent des arguments médicaux, spirituel et corporels. Ces différents protagonistes font apparaître des points d’achoppements et des yogas différents. Pour les scientifiques, le yoga renvoie à une discipline philosophique ayant pour but l’union avec le divin, alors que pour les pratiquants, le yoga est, au moins dans un premier temps, d’abord une méthode, une pratique corporelle où l’expérience et la pratique sont au centre. Le savoir expert valoriserait donc plutôt une approche intellectuelle du yoga, alors que le savoir profane défend une exploration par le corps. L’approche anthropologique, grâce aux entretiens et à l’observation participante, fait à la fois apparaître les spécificités de chaque acteur, tout en montrant qu’en réalité il existe plus de similitudes que de confrontations. D’ailleurs, ces univers s’influencent réciproquement.
Mots clefs : Mobilisation des savoirs, ethnologie, discours de légitimation, yoga, expérience

Chapitres dans un ouvrage collectif

2020
« Conférer du sens à l’expérience. Le cas du yoga », Apprendre des sens, apprendre par les sens, ouvrage collectif dirigé par J. Candau et V. Battesti.
« Bien-être et yoga. De l’expérience à l’expérimentation », in Tantchou Josiane, Gruénais Marc-Eric, Le bien-être au Nord et au Sud : Explorations, Contradictions, Pouvoirs et pratiques, Academia, Louvain-la-Neuve, Collection Investigations d’anthropologie prospective.
« Les vacances-yoga : engagement et expériences du corps à Rishikesh », in Lebreton Florian, Gibout Christophe (dir.), Vivre Slow. Enjeux et perspectives pour une transition corporelle, récréative et touristique, Presses Universitaires de Nancy.
« S’ac-corps-der, approfondissement de l’attention corporelle dans les pratiques de yoga » in Andrieu Bernard (dir.) Manuel d’émersiologie, Editions Mimésis

Articles vidéos, blogs scientifiques

2020
« If you can’t go outside, go inside », Co-vies20.
« Pratiques corporelles au temps du coronavirus », Amades